LES AUTRES

L'HISTOIRE

« Mes compétences, je vais devoir les mettre au service de tous…les autres. Je vais devoir guider ceux qui doivent être guidés, car ils ne savent pas autant que moi ce qu'ils sont et où ils vont… » déclare avec arrogance un des quatre jeunes gens rassemblés lors d’un dîner. Les personnages de Les autres, ne sont pas… les autres.

Enfant de bonne famille, intellectuel arriviste, jeune en communication ou requin aux dents longues, ils se qualifient eux-mêmes d’« éduqués supérieurs ». Non pas l’élite, mais à l’éducation supérieure. Ils doivent être à la hauteur d’un destin de meneur dont ils sont les dépositaires. Ils s’attribuent une supériorité de pensée engendrée par leur éducation. Ils savent faire les bons choix et ont l’instruction de ce qui rend heureux. Ils se sentent investi du devoir d’offrir aux autres l’image du bonheur. En politique, comme dans la vie, ils proposent un programme : des concepts, un rêve, un espoir et travaillent moins pour l’intérêt particulier que pour le général, bien que ce dernier soit beaucoup plus le leur que celui… des autres. Pourtant, ces éduqués savent être raisonnables. Ils sont payés raisonnablement et pensent raisonnablement. Ils sont raisonnablement libres. Une liberté dont l’un d’entre eux usera avec trop d’enthousiasme révélant ainsi la fragilité de son appartenance à cette classe sociale implacable lorsqu’il s’agit de se garantir un avenir qu’elle sait vitalement dépendant de l’entourage.

NOTE D'INTENTION

J’ai souvent des difficultés à saisir le monde dans lequel je vis et donc je m’informe.

J’écoute et je lis les discours des dirigeants, les synthèses des experts, les points de vue des commentateurs de tout poil et je me réjouis de mesurer leur savoir, leurs compétences, leur clairvoyance…

Pourtant, quelques petites choses ne fonctionnent pas bien (faim dans le monde, surpopulation, changement climatique,

catastrophes technologiques… la liste est longue et difficilement exhaustive).

C’est une formule extraordinaire « les autres », un fourre-tout pratique, il y a eux et nous.

Ici, les autres, c’est nous, le public.

Eux, ce sont quatre jeunes gens issus d’une très grande école, fêtant la fin de leurs études et devisant sur leur avenir, et malheureusement sur le nôtre.

J’ai écrit une farce, où je serais un peu moins le dindon, un soulagement temporaire. C’est aussi un travail sur la forme, sur la communication et les éléments de langage.

--> dossier de présentation sur demande : latelierdixpardix@gmail.com

TEASER

 

PRESSE

De François Chevallier

LES AUTRES

DISTRIBUTION

Interprètes : Anthony Bertaud, Bérénice Brière, Carole Montilly et Damien Reynal

Ecriture et mise en scène : François Chevallier

Scénographie : Anne Pitard

Photographie : Rémi Hemmer

Teaser : Cécile Ousset

Avec le soutien de : Théâtre Icare - Saint-Nazaire, Compagnie Marie Lenfant - Le Mans, le Lieu Unique - Nantes, le gARage - Château-Gontier, Onyx - Saint-Herblain.

Remerciements à Anne Pitard et Hélène Sauvage. 

Création 2014